Recettes traditionnelles

Italien impeccable au restaurant Big Apple de Stephen Starr

Italien impeccable au restaurant Big Apple de Stephen Starr

Il y a quelque chose à dire sur vrai, sans défaut italien une cuisine créée par un chef passionné et talentueux qui a beaucoup sacrifié pour arriver là où il est — rencontrez le chef Jim Burke. Il a beaucoup voyagé à travers l'Italie en séjournant dans des familles, en apprenant, en s'imprégnant de toutes les richesses de ce pays et apporte maintenant ces "richesses" acquises au Caffè Storico - pas votre bouffe de musée ordinaire. Le restaurant est situé dans la New York Historical Society dans l'Upper West Side de Manhattan et est la dernière ouverture de Big Apple par le restaurateur Stephen Starr. Le chef Burke a provoqué une véritable explosion avec sa cuisine italienne. Il propose de la diversité dans le menu, avec une variété de cicchetti, ainsi que des pâtes maison et des plats principaux.

Le mot "cicchetti" ne signifie pas grand-chose pour les gens (la plupart des gens n'en ont probablement jamais entendu parler), mais pour les Vénitiens, c'est ce que les hot-dogs sont pour les New-Yorkais - ils s'arrêtent chez leur bacaro local pour goûter une collation et un une gorgée rapide de vino bianco, une pratique connue sous le nom de "andar par ombre", qui se traduit par "aller à l'ombre". Les gens bourdonnent pendant la journée et s'assoient au bar et dégustent une variété de délicieux cicchetti comme des langoustines frites avec des suprêmes de pamplemousse et de la crème ricotta, une salade de crabe royal, ainsi que de copieuses boulettes de viande avec des notes de persil frais et d'origan nappé de sauce tomate. Il y a des arancini frits et une burrata crémeuse accompagnée d'artichauts frits. Le chef Burke impose son expertise culinaire au client avec joie et travail acharné... il ne déçoit pas.

Montant la garde à la file, le chef Burke est le maestro d'une équipe talentueuse qui a le don de la passion de préparer de la bonne nourriture pour ceux qui l'apprécient. La passion de M. Burke, ce sont les pâtes — toutes sont faites à la main et vous devez pratiquement toutes les essayer. Essayez la pappardelle au ragú de canard, un plat sucré et salé à peu près parfait qui est « unique ! » Le cavatelli se compose d'un véhicule de pâtes à la ricotta, à la ciboulette et au zeste de citron, accompagné de champignons trompettes noirs et de homard sucré - un délice ! Essayez la mezzaluna remplie d'artichauts, un légume quelque peu ennuyeux et ennuyeux à préparer qui se transforme en coussins magiques de paradis en demi-lune avec un punch de zeste de citron et de cèpes et de persil terreux. La gratinata de gnocchis est cuite avec une riche fondue à la truffe noire - décadente et bien exécutée. Un agnolotti rempli de queue de bœuf - nouveau au menu - brille avec plusieurs morceaux de pâtes parfaits garnis de raifort râpé.

Le poulet rôti n'est pas la première chose que la plupart des gens commandent au restaurant, mais ce plat est exceptionnel - un oiseau succulent, saumuré pendant deux jours dans une saumure classique de sel et de sucre avec de l'ail et du citron, puis lentement rôti avec du fenouil. Il vient à l'assiette, tranché en galettes de blancheur juteuse, peau croustillante et hâlée, il est posé sur un lit de fenouil et girolles, qui manquait malheureusement en accompagnement. Le bar rôti est un plat décent, servi avec de savoureux haricots cannellini et une salade d'herbes cueillies jonchées de menthe, de basilic et de persil.

M. Burke élève le Caffè Storico comme un nouveau regard sur une cuisine italienne confortable, sophistiquée et inspirée par des années d'expérience et de passion pour la nourriture. Le personnel chaleureux vous accueille dans un espace ouvert avec des banquettes sexy en peluche jaune canari, des lustres en or dégoulinant et une touche d'histoire de la vaisselle. Les gens devraient avoir la chance de goûter. J'étais.


Nicolas Fanucci de Malvern se lance dans la refonte de Le Bec Fin de Philadelphie


L'appel est arrivé à 14 heures. Nicolas Fanucci et son équipe pourraient-ils gérer un groupe de 40 personnes de la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie pour un repas de quatre plats ? Oh, et ils voulaient manger à 22h45. Cette nuit.

Que pourrait dire Fanucci d'autre que, &ldquoVenez dans&rdquo ? Peu importait que personne ne quitte le restaurant avant 2h30 du matin, "en fin de compte, c'est notre avenir", dit-il.

Il y a vingt-cinq ans, lorsque Le Bec Fin, monument gastronomique du centre-ville, était à son apogée infusée à la truffe, l'impérieux propriétaire Georges Perrier aurait pu en rire. Sa salle à manger était toujours pleine et les étoiles, les cloches et les diamants des critiques du monde entier étaient empilés comme les offres délicieuses sur le chariot de desserts qui tentaient les convives tous les soirs.

Mais nous sommes en 1988, et Le Bec Fin n'est plus le grand fromage de la restauration américaine. Il fait même partie des meilleurs établissements locaux.

C'est pourquoi Fanucci s'est senti obligé d'accueillir le Wharton 40 par une nuit fraîche de la mi-janvier. Il a du mal à reconstruire la réputation de LBF, qui s'est détériorée à Perrier ces dernières années et a atteint son plus bas niveau après un examen brutal de 2012 par le Enquêteur de Philadelphie&rsquos Craig LaBan. Le Bec Fin ne peut plus compter sur un flux constant de visiteurs de la région de Philadelphie et au-delà. Il doit tracer une nouvelle voie dans un climat de restauration impitoyable avec une gamme vertigineuse d'options pour ceux qui recherchent une expérience culinaire remarquable.

Fanucci est le gars qui a aidé Le Bec Fin à récupérer sa cinquième étoile de Mobil en 2003. Il a racheté LBF à Perrier l'année dernière et s'est installé à Malvern. Jusqu'à présent, il a redécoré le lieu, affiné le menu et démoli le mur (littéralement) entre les convives et la cuisine. He&rsquos a également lancé une campagne marketing agressive qui a fait du porte-à-porte à la recherche d'affaires. "Ce que nous avons constaté, c'est que Philadelphie n'est pas satisfaite de ce qu'est devenu Le Bec Fin", dit-il. &ldquoNous leur demandons s'ils reviendront, et ils disent, &lsquoNon.&rsquo&rdquo

Après plusieurs mois de ralentissement après l'ouverture en juin 2012, l'activité de LBF s'est améliorée. Mais grâce à Marc Vetri, Stephen Starr et Jose Garces, la scène gastronomique de Philadelphie a explosé au cours de la dernière décennie. Et l'accent mis de plus en plus sur les options décontractées et la flexibilité et la flexibilité, en particulier dans une économie que l'on peut difficilement qualifier de robuste, a rendu un espace formel comme Le Bec Fin désuet. De retour à Philadelphie après un passage réussi de six ans en tant que directeur général de la French Laundry de renommée mondiale à Napa Valley, en Californie, Fanucci savait dès le départ que Le Bec Fin devrait se tourner vers l'avenir.

&ldquo&rsquo&rsquo reconstruisons la marque pour attirer la nouvelle génération,&rdquo dit-il.

Je ferais certainement une belle histoire si le chemin de Nicolas Fanucci vers Le Bec Fin commençait par une immersion dans les arts culinaires dans une cuisine de campagne française aguerrie. La réalité, hélas, est beaucoup moins romantique.

Étudiant au lycée dans le sud de la France, Fanucci était un étudiant peu enthousiaste. Après avoir obtenu son diplôme en 1988, son père italien strict (la mère Fanucci est française) lui a donné 48 heures pour trouver un emploi. Le lendemain, il est allé dans un restaurant local et a demandé du travail. Lorsqu'il s'est présenté le lendemain, on lui a remis un seau et une vadrouille et on lui a dit de nettoyer la salle de bain. Les débuts ne sont pas plus mauvais que cela.

Fanucci a travaillé 90 jours consécutifs, endurant des violences verbales et physiques. &ldquo j'ai été maudit et poussé,», dit-il.

Suite à la page 2 …

Un après-midi, le chef renommé du restaurant, Roger Verge, a amené une équipe de tournage au restaurant et a demandé de l'aide à Fanucci. Le jeune homme a consciencieusement aidé Verge. Dans le processus, il a été incapable de faire son vrai travail, ce qui a rendu furieux son superviseur. Fanucci pensait qu'il avait fini. Au lieu de cela, son travail avec Verge lui avait valu une promotion.

Mais il n'y avait pas d'augmentation de salaire et puis il y avait les impôts. « J'ai dit à ma mère que j'aimais que tant d'impôts me soient retirés », se souvient Fanucci. &ldquoElle a dit, &lsquoTrouvez un autre pays.&rsquo&rdquo

Après un an de service militaire obligatoire, où Verge l'a aidé à obtenir un emploi de maître d'hôtel sur un navire, il a débarqué à Monaco. Là, il travaille au Louis XV pour un autre chef célèbre, Alain Ducasse. &ldquoJ'ai vraiment beaucoup appris,&rdquo Fanucci dit. &ldquoC&rsquo est le meilleur restaurant du monde.&rdquo

Bien qu'il y soit moins de deux ans, Le Louis XV a donné à Fannuci une base solide. Un tronçon itinérant ultérieur l'a emmené à Londres (&ldquo j'ai détesté ça. Ils m'ont appelé Froggy.&rdquo). Ensuite, c'était à Orlando, en Floride (&ldquo j'ai gagné pas mal d'argent.») et à New York (&ldquo j'étais dans le pire restaurant de tous les temps, et mon visa a expiré.»).

C'est à New York que Fanucci rencontre Fazilet, qui deviendra sa femme en 1994. Née en Turquie, elle est venue avec sa famille aux États-Unis à l'âge de 6 ans. Le couple se connaissait depuis trois mois lorsqu'ils se sont mariés en ville. hall, en partie pour des raisons de visa. &ldquoSa famille l'a découvert et l'a renié,», dit Fanucci.

Un an plus tard, ils ont eu un &ldquoreal mariage&rdquo en France, mais sont revenus rapidement aux États-Unis, s'installant cette fois à Syracuse, N.Y. &ldquoavec 300 $ dans ma poche&rdquo, dit Fanucci.

Après un peu plus de rebondissements (New York, Chapel Hill, N.C.), Fanucci a répondu à une annonce dans un magazine spécialisé fin 1999 et est venu à Philadelphie pour rencontrer Georges Perrier. Le Bec Fin venait de perdre sa cinquième étoile aux Guide de voyage mobile, et Perrier voulait le récupérer. &ldquoQuand vous interviewez quelqu'un, vous voyez son authenticité,&rdquo dit Perrier. &ldquoPlus, Nicolas a travaillé à Monte Carlo avec Alain Ducasse. Quand vous travaillez avec Alain, vous pouvez &rsquot être mauvais. Il &rsquot vous aurait.&rdquo

Fanucci a d'abord été directeur de la salle à manger de LBF&rsquos, puis directeur général jusqu'en octobre 2003, aidant le restaurant à revenir à cinq étoiles. Lorsque le gouverneur de l'époque, Ed Rendell, est venu féliciter Perrier et son équipe, ce fut un grand moment.

&ldquoQuand Nicolas était avec nous, nous avions le meilleur service de la ville,&rdquo Perrier dit.&ldquoEt les gens ont commenté.&rdquo

À la fin de 2003, des représentants du complexe hôtelier de luxe Palm Beach Breakers ont demandé à Fanucci des conseils sur la façon de retrouver leur étoile perdue. Sentant que Fanucci était l'ingrédient manquant, ils l'ont courtisé, lui et Fazilet, avec un week-end au complexe. Alors que sa femme appréciait les soins de spa et autres, Fanucci était grillé sur le rôle qu'il a joué dans la récupération du Bec Fin&rsquos perdu Mobil Star.

À la fin du week-end, les Breakers ont fait une offre à Fanucci. Peut-être étonnamment, Perrier était favorable. &ldquoC'était bien pour lui de voir d'autres endroits», dit-il.

Fanucci a également aimé l'idée. Alors lui et sa famille se sont rendus dans le sud de la Floride, ont acheté une maison et se sont préparés à de grandes choses.

Il a tenu 18 mois. Aux Breakers, même changer l'argenterie a provoqué une réunion du conseil d'administration. « J'ai rapidement réalisé que je serais très contesté par la politique », déclare Fanucci.

En 2005, il passait un entretien avec le célèbre chef/restaurateur Thomas Keller pour un poste à la French Laundry à Napa. Il a accepté le poste de directeur général en juillet et après une période de formation parfois humiliante de 90 jours, il s'est mis au travail. Lorsque Michelin a annoncé qu'il viendrait dans le nord de la Californie pour évaluer les spots là-bas, Fanucci a redoublé d'efforts, grimpant même sur le toit pour le nettoyer. Michelin est venu, a été ébloui et a reçu sa plus haute distinction : une note de trois étoiles. &ldquoC'était un moment incroyable,&rdquo Fanucci dit.

Il essaie maintenant de recréer cette magie au Bec Fin. Fanucci espère que sa vision de la cuisine française intemporelle dynamisera les convives de Philadelphie et les attirera à Walnut Street. He&rsquos a réorganisé le bar du rez-de-chaussée ridiculisé par LaBan en tant que &ldquoanairport lounge&rdquo dans sa critique cinglante. Il a apporté le calme dans la cuisine, a introduit un menu iPad et a travaillé dur pour recréer le service impeccable qui a prévalu lors de son passage chez GM.

Quant à son ancien patron, Perrier ne pense pas que Fanucci devrait garder le nom. &ldquo&rsquo&rsquo est trop lié à moi,&rdquo dit-il.

Mais l'objectif a toujours été de redonner au restaurant son lustre d'antan. Même si cela signifie rester jusqu'aux petites heures du matin.


Ari Emanuel fiancé à la créatrice de mode Sarah Staudinger après son introduction en bourse

Usher est fiancé à sa petite amie manager Grace Miguel, selon des sources à Page Six.

Le chanteur et ancien juge de "The Voice" s'est produit à la discothèque E11even à Miami le soir du Nouvel An, où les observateurs ont remarqué une grosse bague en diamant à l'annulaire de Miguel.

Un espion a dit : "C'est un énorme diamant & #8230Vous ne penseriez pas que c'était une bague de fiançailles parce qu'elle est si grosse, mais ça pourrait en être une."

Le mariage serait le deuxième pour Usher.

Son représentant ne nous a pas répondu, mais on nous dit que le couple avait l'air "très amoureux" chez Elleven.

Selon un témoin, "Après le compte à rebours, Usher est retourné à table et l'a embrassée sur les lèvres."

Le lendemain matin, le couple a été aperçu au musée d'art Pérez et au restaurant de Stephen Starr, Verde.


Le meilleur de Philly 2005 : Restaurants & Nourriture

Nouveau BYOB : Marigold Kitchen
Philly est la capitale américaine du BYOB, et aucun nouveau venu n'est meilleur que celui-ci à Spruce Hill à West Philly. Le chef-propriétaire Steven Cook prépare un répertoire tendance, comme ce dessert : salade de basilic et melon avec sorbet fleur d'oranger/citron vert (501 South 45th Street 215-222-3699).

Nouveau restaurant (global) : Barclay Prime Manger du gros bœuf, des épinards à la crème et des pommes de terre fouettées avec du beurre de truffe noire est vraiment groovy au steakhouse mod de Stephen Starr sur Rittenhouse Square. Il y a un soupçon de Frank Lloyd Wright dans les bibliothèques en noyer rétroéclairées et les sièges en cuir vert citron boxy, tandis que le faux-filet de 20 onces vieilli à sec et doré Plugra est un clin d'œil respectueux à Peter Luger, la Mecque emblématique des amateurs de viande à Brooklyn . Bien que les BYOB modestes aient dominé le paysage gastronomique cette année - et que les majorations de vin de BP soient certes élevées - nous adorons l'expérience grisante offerte par cette salle à manger (237 South 18th Street 215-732-7560).

Tarte aux pommes ridiculement chère : Petit 4 Pastry Studio « Dix-huit dollars pour une tarte aux pommes ? » On entend déjà nos mères se plaindre. Mais mettez une fourchette de la tarte magnifiquement cuite de Petit 4 dans la bouche de maman, et elle se taira tout de suite (160 North 3rd Street 215-627-8440).

Endroit pour voir à quoi ressemblait la vie quand Ike était président: la célèbre Root Beer de Weber Ce drive-in de Pennsauken sert le même menu, dans le même style, que dans les années 50, avec de la nourriture livrée directement dans votre voiture par des serveuses mignonnes (heureusement, pas les mêmes des années 50) (6019 Lexington Avenue, Pennsauken 856-662-6632).

Repas à moins de 10 $ : Falafel Cart, coin nord-est des rues 20th et Market Raisins grillés, houmous teinté de betterave, radis entiers, on ne sait jamais ce qui accompagnera le falafel croustillant et le poulet grillé dans ce food truck joliment décoré. Attention : ce n'est pas de la restauration rapide. Une attente dans la file habituelle de 10 personnes occupera la majeure partie de votre pause déjeuner.

Où aller quand vous avez très faim : Sweet Lucy's
Pour 66,95 $, vous (et l'équipe de football que vous devriez inviter) obtenez un carré et demi de côtes levées, deux livres de viande, un poulet rôti entier et trois pintes de côtés dans ce lieu de barbecue du nord-est (7500 State Road 215-331 -3112).

Où aller quand on n'a pas faim : Tria Des mélanges de musique cool préparent le terrain pour les jeunes professionnels et les retraités urbains de Rittenhouse Square qui se réunissent ici tous les soirs pour des amuse-gueules sophistiqués, des vins intrigants au verre et une liste de connaisseurs de bières pression et en bouteille d'Europe et d'Amérique du Nord. La carte des petites assiettes de snacks, bruschettas, salades, sandwichs et fromages fins permet
manger léger ou copieux
(123 South 18th Street 215-972-8742).


Critique de restaurant : Bud & Marilyn's

Acheter une photo

Le pain de viande fait le bonheur des foules chez Bud & Marilyn's à Philadelphie. Il est enrobé de ketchup, exactement comme maman le faisait. (Photo: Jose F. Moreno/Photographe personnel) Acheter une photo

Ce n'est pas souvent que je me retrouve assis dans un bar, en train de siroter dans un gobelet en verre taillé débordant de strass à l'ombre d'un flamant rose en plastique. Mes préférences en matière d'alcool tendent vers le brun ou le clair, et après avoir géré plusieurs gorgées douloureuses du cocktail Blinker au nouveau restaurant Center City de Marcie Turney et Valerie Safran, Bud & Marilyn's, je ne les changerai pas.

Bien sûr, l'adorable insigne swizzle stick m'a fait sourire - Safran est un génie du diable dans les détails - mais ce "whisky aigre pour le buveur averti d'aujourd'hui" était trop sucré avec du sirop de framboise et manquait de la mousse volumineuse que je m'attends à voir sur un bon cocktail aigre en 2015. Teinté céruléen de curaçao bleu, le Cannonball à base de tequila blanco, avait le goût d'un bar de la piscine de Cancun. Avec le Blinker, cela a donné à ma table confortable nichée à l'intérieur du bar de B&M un effet baby shower.

Les riffs de Bud & Marilyn sur le canon américain de la nourriture et de la boisson des années 1960, qui comprend apparemment des cocktails pas très bons aux couleurs de Crayola, mais heureusement, de la nourriture savoureuse.

L'endroit porte le nom des grands-parents de Turney, qui ont tenu un restaurant à Ripon, dans le Wisconsin, pendant des années. Vous pouvez voir des caricatures du duo accrochées dans le restaurant - Marilyn avec des lunettes rondes et un Bud à la taille cintrée caricaturale, tout le menton fort et une partie dure. Les portraits ne sont que l'un des nombreux éléments de conception qui font que Bud & Marilyn se sente personnel et idiosyncratique, par opposition au kitsch et au thème pour Turney, il y a un réel lien avec cette époque.

Le pain à la poêle est un bon choix pour commencer votre repas chez Bud & Marilyn's. (Photo : Jose F. Moreno/photographe du personnel)

Safran fait sa part en mettant à jour les blancs historiques dans l'espace spacieux, couleur camel et caramel: panneaux de verre Rondel, bols d'allumettes, panneaux de lettres à presser, exemplaires jaunes de "The Vogue Book of Menus and Recipes for Entertaining at Home '' (publié en 1964) dans la salle de bain.

« L'une des caractéristiques d'une bonne fête est que les invités s'en vont en se sentant plus attrayants qu'à leur arrivée », lit-on dans la première ligne de ce tome fondateur. Quelle introduction !

Dans la salle à manger, une ambiance de dîner-party règne définitivement. Et comme tout bon dîner (du moins selon Vogue) la liste des invités est une coupe transversale. Chez Bud & Marilyn, j'ai vu des avocats après le travail desserrer leurs cravates, des touristes avachis avec des sacs à dos, des rendez-vous doubles bien nantis, des congressistes tapageurs, des artistes indépendants et tout le monde entre les deux.

Tous semblent commencer par le pain à la poêle (7 $), un pain fait maison fourré de courge musquée rôtie, de pomme fumée, de cheddar et de poireaux. Je ne faisais pas exception, le déchirant avec empressement avec mes doigts comme du pain de singe. Le fait de saisir le pain dans la poêle avant la cuisson donne au pain un croquant audible. Un frottis de labneh acidulé a empêché le démarreur de se sentir comme un coupe-faim total - mais ne vous y trompez pas, c'est quand même assez lourd.

C'est ma principale critique du menu chez B&M's. Au cours de sa carrière, Turney s'est avérée si habile à manipuler les légumes et les salades, et j'en veux plus ici. Même lorsque j'ai opté pour quelque chose de propre, comme une salade spéciale de figues grillées et de fenouil râpé (10 $), la burrata coulante et le beurre d'amande Marcona alourdissaient les choses.

La paire de petits pains au homard miniatures (14 $) était savoureuse, avec sa garniture de mayonnaise au curry et sa salade de chou pomme-fenouil peu orthodoxe, mais était principalement un petit pain. Délicieux pain aux pommes de terre au beurre et bien grillé, bien sûr, mais lorsque vos deux dernières bouchées ne sont que du pain et pas de homard, c'est un problème.

Des touches uniques telles que des bols d'allumettes et des livres de cuisine Vogue vintage ajoutent au charme du restaurant de Philadelphie Bud & Marilyn's. (Photo : Jose F. Moreno/photographe du personnel)

Les meilleures choses à propos du dîner de poulet frit (18 $) étaient les biscuits d'accompagnement que j'ai rapidement moussés avec du beurre au miel et le side-car de sauce piquante faite maison et vinaigrée. Mon serveur, dont je qualifierais le style de négligence bénigne, a félicité le plat pour sa peau croustillante qui "ne tombe pas du poulet". Mon oiseau, quant à lui, a laissé tomber cette croûte soigneusement cultivée comme une mauvaise habitude.

Vous feriez mieux d'essayer le pain de viande (22 $), un formidable bloc de bœuf et de veau vieilli à sec La Frieda farci de bette à carde souple et de fontina ooey, gluante. Le glaçage est du ketchup falsifié, tout comme ma mère et les mères de tout le pays le font, et caramélisé au four en une croûte brunie. contrairement à celui de ma mère, le pain de viande de Turney est accompagné d'une sauce aux champignons devenue luxe avec des trompettes royales, ainsi que des haricots verts, des carottes et une grosse portion de purée de pommes de terre.

Au moment où le dessert a roulé, j'étais bourré et j'ai fait une autre tentative pour commander quelque chose de léger: deux boules de sorbet gingembre-prune (6 $). Ils étaient certainement légers, mais aussi parsemés de cristaux glacés et de médicaments à la limite.

De vieilles photos des grands-parents de Marcie Turney ornent les murs de Bud & Marilyn's, qui porte leurs noms. (Photo : Jose F. Moreno/photographe du personnel)

J'aurais dû céder à la gourmandise et partir avec l'une des hautes parts de gâteau (chocolat malté-beurre de cacahuètes, Funfetti) se lissant sur des socles en verre, tout majestueux, sur le plan de travail du chef. Mon invité a opté pour une tranche de tarte à la crème de noix de coco (9 $), qui a été fouettée à la perfection aérée sur une croûte de sésame-graham parfumée, subtilement, avec des épices au curry.

Cette mise à jour intelligente sur un classique sert un microcosme de Bud & Marilyn's, un endroit qui, bien que non sans défauts, est probablement la meilleure version de Philly du restaurant rétro.

La cuisine est plus pertinente ici que chez Stephen Starr's Jones. Il fait plus d'efforts que ce qui a été servi au coup de couteau maintenant fermé de Kevin Sbraga au genre, Juniper Commons.

Je pense que c'est parce que Bud & Marilyn's, articulée sur la mémoire des grands-parents de Turney, a un ingrédient très important qui manque aux autres : l'âme.

Adam Erace passe en revue les restaurants de Philadelphie pour le Courier-Post. Il joue dans l'émission Food Network "Great American Food Finds" et écrit sur la nourriture, les voyages et le style pour de nombreuses publications nationales. Il peut être contacté à [email protected]

Ce n'est pas une tarte à la noix de coco ordinaire chez Bud & Marilyn's à Philadelphie. Le restaurant donne une tournure unique au plat. (Photo : Jose F. Moreno/photographe du personnel)

Avis sur la restauration

1234 Locust St., Philadelphie

Appelez le (215) 546-2220 ou visitez budandmarilyns.com

Plats recommandés : pain à la poêle, pain de viande, tarte à la crème de noix de coco

Signification des étoiles : cinq est excellent, quatre est très bon, trois est bon, deux est passable et un est mauvais.


Le restaurateur Stephen Starr parle de carrière et remporte enfin le James Beard Award

Depuis plus de 20 ans, le restaurateur Stephen Starr a redéfini la scène gastronomique de Philadelphie. Il s'est également diversifié avec un portefeuille de 35 restaurants à travers le monde, d'un pub anglais traditionnel à son célèbre temple de la fusion asiatique.

Le co-animateur de "CBS This Morning", Alex Wagner, a parlé à Starr à Philadelphie de sa carrière, de sa dernière entreprise et de son récent James Beard Award – une réalisation qu'il recherche depuis des années.

"Philadelphie a une riche histoire, comme New York, d'immigrants, et ce sont ces gens qui ont apporté une grande partie de la culture et de la nourriture à cette ville", a-t-il déclaré à propos de sa ville natale.

Starr exploite 19 restaurants à Philadelphie, dont Buddakan, qui a ouvert ses portes en 1998. Il dispose d'une statue dorée de 12 pieds et des favoris de la foule, notamment des boulettes d'edamame, une salade César asiatique et des rouleaux de printemps au tartare de thon.

"C'est un équilibre que vous devez trouver pour rester frais mais pas décevoir les gens qui ont leurs succès classiques", a déclaré Starr.

L'empire de Starr est bien établi à ce stade, mais lorsqu'il s'est lancé dans l'entreprise, il n'avait presque aucune expérience.

Alex Wagner et Stephen Starr au Continental Restaurant et Martini Bar CBS News

"Mais ce que j'ai toujours eu, j'étais comme un gars d'A&R dans une maison de disques. Je reconnais le talent, c'est juste que je le savais à l'intérieur, c'était juste quelque chose que je ressentais. Je savais quand quelque chose serait populaire auprès de mes invités. le savais, je pouvais le sentir, je pouvais le goûter », a-t-il déclaré.

Très tôt, ses passions étaient la musique et la comédie. À partir de 20 ans, il ouvre une série de clubs de comédie et de musique, attirant des artistes qui domineront la culture populaire.

"Ce que j'ai appris, c'est le spectacle, n'est-ce pas? J'ai promu, j'ai produit des spectacles, donc que ce soit Joni Mitchell avec une guitare acoustique et un dulcimer ou Kiss avec du maquillage et des choses qui explosent, tout cela était un spectacle", a déclaré Starr.

Sa première incursion dans la gastronomie fut le Continental Restaurant et le Martini Bar.

"En 1995, j'ai ouvert ceci et je venais de vendre mon entreprise de concerts quelques années auparavant, et je ne savais vraiment pas quoi faire", a-t-il déclaré. "J'ai eu de la chance parce que j'ai ouvert le Continental avec tout ce truc de martini, puis 'Swingers' est sorti et je me suis dit 'Dieu était bon avec moi.' Et puis tout le monde voulait boire des martinis et tout le monde voulait être Vince Vaughn. C'était comme Sodome et Gomorrhe ici. Les gens s'évanouissaient tous les soirs. Des jeunes filles, la tête sur la table parce qu'elles ne savaient pas comment les boire. Un soir, j'ai dit : "Je le vends. Je ne peux pas faire ça." J'avais l'impression d'apporter du crack en Amérique."


Mais Starr a finalement trouvé sa voie. En 2001, il était dans la cour des grands, amenant le chef de fer japonais Masaharu Morimoto aux États-Unis. Cinq ans plus tard, l'ancien propriétaire du club a pris son acte dans la Grosse Pomme.

"Je voulais réussir à New York parce que c'est la norme, n'est-ce pas, que tout le monde a, c'est pour réussir", a-t-il déclaré. "Parce que j'étais comme le gars de Philly, et personne ne savait vraiment qui j'étais et je n'étais pas dans la tête de tout le monde. J'étais juste le gars qui était à 90 milles de distance."

Il y a maintenant six entreprises Stephen Starr à New York, dont le célèbre restaurant français classique Le Coucou et le très populaire californien-italien Upland.

Dans des interviews précédentes, Starr a déclaré que sa devise était "Ne faites confiance à personne".

Lorsqu'on lui a demandé si le pessimisme engendrait la grandeur, il a répondu : « Oui, c'est le cas. De cette façon, si vous regardez la vie de cette façon, vous ne serez jamais déçu. .'"

Le pessimisme paie parfois. En mai, Starr a finalement remporté le James Beard Award du meilleur restaurateur.

Stephen Starr accepte son prix James Beard

"J'ai été nominé je pense six fois pour James Beard. Tout le monde m'a dit que j'allais le gagner l'année dernière, non ? Je veux dire, Thomas Keller est venu me voir et m'a dit : 'C'est ton année, gamin.' Alors je me suis dit, eh bien, s'il le disait, Dieu lui parlerait", se souvient Starr. "Et puis je ne l'ai pas gagné non plus."

"Je ne l'ai pas montré, mais j'étais – j'étais en colère", a-t-il déclaré.

Mais le succès ne signifie pas nécessairement que Starr est content.

"Je suis gêné de dire en fait que la soirée d'ouverture est la soirée la plus triste pour moi. C'est triste. Tout le monde est là, ils sont tous habillés en train de s'amuser, de boire des boissons et de me serrer la main et je veux juste rentrer chez moi et regarder CNN - - ou CBS devrais-je dire - je veux juste m'éloigner de tout le monde lors de la soirée d'ouverture. Il y a une tristesse là-bas », a-t-il déclaré.

Après plus de 20 ans dans l'entreprise, il n'arrive toujours pas à atteindre le sommet de l'ouverture d'un nouveau restaurant.

"Nous sommes encore dans la phase semi-moche, non? Mais une fois que cela commence vraiment à prendre forme, c'est le plus – mon adrénaline monte en puissance", a-t-il déclaré à propos du spot de quartier The Love, qui devrait ouvrir à Philadelphie ce tomber.

"Pour moi, c'est un clin d'œil à Barry White, comme The Love. Mais Aimee Olexy était ma partenaire. C'était son idée, ce nom. Et je pense qu'il s'agit de l'amour, de l'amour de la nourriture, du produit, toutes ces choses. C'est un peu étrange, le nom, non ? Mais plus tu le dis, plus j'ai envie de le dire. Je veux dire L'Amour. Genre : "Où vas-tu ce soir ?" 'L'amour.'"


Nommé demi-finaliste du James Beard Award en 2017 pour son programme de bar, le bar à cocktails chic et industriel de Kensington, Martha, est riche en saveurs audacieuses mais équilibrées. Le barman et «directeur de fermentation» Mike Landers insuffle à ses boissons de l'acidité, des épices, de l'amertume et du funk sous la forme d'ingrédients comme le kombucha, le jalapeño et l'orange salée.

L'un des meilleurs instagramers de la ville en matière de nourriture et de boissons, Paul MacDonald mélange des cocktails tentants versés dans une verrerie élégante du bar du vendredi samedi dimanche (la salle à manger est à l'étage). MacDonald fait régulièrement tourner la liste des cocktails et a attiré l'attention sur l'utilisation de la séquence de Fibonacci basée sur les mathématiques pour équilibrer parfaitement les boissons.


Los Angeles Le jour de la fête des mères, Christina Milian et Gilles Marini ont célébré séparément avec leurs familles en dégustant des mini beignets de crabe, des œufs bénédictine, des tacos au poulet et plus encore. « Tout le monde était de bonne humeur », raconte un spectateur, qui ajoute que les adultes sirotaient des mimosas. "Ils n'auraient pas pu être plus heureux de célébrer une journée aussi spéciale avec les femmes les plus spéciales de leur vie."

Miami Ricky Martin a célébré sa prochaine résidence à Las Vegas en se rendant au restaurant sur le toit avec son fiancé Jwan Yosef et des amis proches. "Ils ont apprécié la musique sur le toit-terrasse et des friandises comme l'espuma de hamachi, la salade de homard et le bar", a déclaré une source à PEOPLE.


Comment faire la pause de NYC

Philadelphie est facilement accessible depuis New York, il est donc logique de combiner les deux villes en un seul voyage. Acela Express et les services ferroviaires régionaux Amtrak effectuent le trajet de 93 milles toutes les heures en semaine, avec des tarifs commençant à 45 $ (28 £) par trajet. Les temps de trajet sur l'Acela sont aussi courts que 70 minutes. Poursuivre leurs queues et attirer de plus en plus de clients d'affaires et de loisirs à la recherche de bonnes affaires sont une variété de lignes d'autocars économiques, y compris Megabus (megabus.com) et Boltbus (boltbus.com), où les tarifs peuvent être aussi bas que 1 $ mais sont généralement de 15 $. -25 $. Le temps de trajet le plus rapide est de deux heures.


Italienne irréprochable au restaurant Big Apple de Stephen Starr - Recettes

George St-Pierre le champion poids welter de l'UFC et Gerald Bunsen de la loi et de l'ordre a dîné avec un groupe de 10 dans la salle à manger principale de Plage d'Eden Sud le lundi soir.

Une maternelle Pauline Rubio a été vue en train de se détendre avec son nouveau-né et son mari sur le canapé de la suite VIP d'Air Europa le deuxième jour de l'inauguration de cette année Coupe du monde de football de plage à Miami.

Après un week-end de rallye, Eva Longoria a fait une apparition à Williams-Sonoma à The Falls dimanche pour signer son nouveau livre de cuisine, La cuisine d'Eva.

David Blaine s'est présenté à l'improviste à Steak 954 de Stephen Starr le samedi soir. Il a effectué des tours de cartes pour ses compagnons et spectateurs.

Acteur, James Franco, arrêté par le Centre du Nouveau Monde dans le cadre de Oh, Miami, pour lire de la poésie pendant le festival de poésie ce week-end.

Acteur de pratique privée d'ABC Taye Diggs a été repéré à Plage sud de l'équinoxe Samedi. L'acteur a passé environ 2 heures au gymnase avec de très gros écouteurs.

L'association à but non lucratif basée à Miami est citée pour faire le bien Pleins feux sur les gènes, qui vient de franchir la barre des 100 000 $ de levée de fonds en moins d'un an grâce au soutien de la NBA, Florida Marlins, Kareem Abdul-Jabbar et Russell Simmons.


Voir la vidéo: Dalida - Le restaurant italien - 1983 (Décembre 2021).